Après des années d’expérimentations secrètes, j’ai décidé de vous faire profiter de mes élans de créativité culinaire…

 

Selon la saison, l’approvisionnement du frigo et mon humeur du moment, j’aime me gratter la tête pour concocter à mon cher et tendre de bons petits plats. Les résultats sont plus ou moins concluants (personne n’est parfait) mais certains essais ont été de belles réussites. Malheureusement jusqu’à présent mes recettes sont restées au fond du placard (ou plutôt au fond de mon cerveau) et il m’est bien difficile de les reproduire si l’envie nous en prend ! Qu’à cela ne tienne : j’ai décidé de m’activer pour coucher par écrit mes idées, et par la même occasion en faire profiter qui veut. Agrémentées de photos pour les rendre plus alléchantes, j’espère que mes recettes en inspireront d’autres.

 

Je profiterai aussi de ces quelques pages pour vous faire partager tous les bons petits plats que nous avons pu découvrir au fil de nos voyages. Nous n’en connaissons pas toujours le nom, rarement la recette, alors si vous pouvez nous aiguiller à ce sujet n’hésitez pas !

 

Et pour ne pas en rater une seule miette, vous pouvez vous inscrire afin d’être informé par e-mail des nouvelles publications. Il vous suffit de rentrer votre adresse dans l’espace prévu à cet effet dans le menu.

Vous n’aurez plus à vous inquiéter de passer à côté d’une super recette !

 

Bonne lecture et bon appétit à tous ;)

Plus le temps passe, et plus j’apprends de techniques pour décorer les gâteaux… d’ailleurs, toutes les occasions sont bonnes pour les mettre en pratique et faire travailler ma créativité.

 

Cette fois, c’est pour l’anniversaire de mon Daddy que je me suis amusée : sur un très bon gâteau au chocolat, je lui ai dessiné une guitare. Certes, il y a des points discutables qu’Abel n’a pas manqué de relever (je sais il n’y a que 4 cordes…), mais je trouve le résultat plutôt réussi et en plus il était délicieux !

 

 

La guitare est faite grâce à un glaçage à la vanille liquide, et les décors sont faits simplement avec du chocolat fondu. Évidemment noir sur noir ce n’est pas très visible, mais j’ai fait avec les moyens du bords ;)

Comment ne pas être inspirée par de beaux blancs de poulet… En plus il fait chaud, ce qui donne envie de manger léger mais aussi exotique (le besoin de vacances sans doute !).

J’ai donc opté pour une recette de filets de poulet en papillote avec des épices, accompagnés d’un curry de légumes que j’ai inventé pour l’occasion :

 

 

 

Ingrédients pour 2 personnes :

  • 2 blancs de poulets
  • 1 petite aubergine
  • 1 courgette
  • 2 tomates
  • 120g de lentilles corail (à rincer à l’au froide au dernier moment)
  • 1 échalote et 1 gousse d’ail
  • Pour les épices : garam masala, curcuma, coriandre moulue, gingembre moulu et coriandre fraiche
  • Crème liquide

Recette :

  1. Commencer par la préparation des blancs de poulet pour qu’ils aient le temps de mariner un peu : dans une papillote, disposer un filet d’huile d’olive, quelques morceaux d’échalote ciselée, 1 blanc de poulet et saupoudrer d’épices : garam masala, curcuma, gingembre et coriandre fraiche ciselée. Saler légèrement, puis retourner plusieurs fois le poulet pour que les 2 faces soient enduites d’huile et d’épices. Fermer la papillote et laisser au repos.
  2. Pendant ce temps, préparer le curry de légumes : couper tout en dés (aubergine, courgette et tomates). Faire revenir dans une sauteuse et un peu d’huile les dés d’aubergine, puis le reste d’échalote (environ 1/2) avec les épices : 1 càc de garam masala, 1 càc de curcuma, 1/2 càc de coriandre moulue et 1 gousse d’ail écrasée. Ajouter ensuite la courgette et terminer par les tomates. Saler à convenance puis verser les lentilles corail + 1 fois leur volume d’eau. Saupoudrer de coriandre fraiche et laisser cuire à couvert jusqu’à absorption complète soit environ 15 minutes.
  3. Mettre les papillote de poulet à cuire au four à 180°C pendant 30 minutes, en les ouvrant à mi-cuisson pour rectifier l’assaisonnement et ajouter 2 càs de crème liquide dans chacune.

Et voilà un dîner savoureux, léger et équilibré… Bon appétit ;)

Pour notre soirée crêpe, j’ai décidée de tenter une petite expérience… Depuis longtemps, je réfléchie à faire moi même des Bounty : j’ai toujours adoré ces petites barres chocolatées, et l’idée de les réaliser moi même ne peut que me séduire ;)

Mais pour faire encore un peu plus original, j’ai eu envie de tester la mini-crêpe saveur des îles pour porter mon Bounty maison. Ce n’est pas très diététique, je vous l’accorde, mais c’est tellement bon ;)

 

 

 

Ingrédients :

  • Pâte à crêpe classique parfumée avec du rhum coco et du sucre vanillé : pour 20 mini crêpes, j’ai mis 1 petite louche de rhum et 1 sachet de sucre vanillé (j’ai tout dosé avec la louche de notre party-crêpe).
  • 125g de noix de coco rappée.
  • 200g de lait concentré sucré.
  • 30g de chocolat noir 70%.

En réalité, la recette des bounty maison est ultra simple : je l’ai trouvé sur le site de Sucrissime, et je n’ai pas pu résister à la tentation…sauf que je n’ai pas mis de beurre avec le chocolat de couverture ce qui fait que mon résultat est moins brillant si on laisse la coque durcir…mais notre gourmandise ne nous en a pas vraiment laissé le temps ;)

 

Recette :

  1. Commencer par réaliser la garniture du bounty : mélanger le lait concentré et la coco rappée, puis répartir cette pâte dans des petits moules (j’ai utilisé mes moules à cup cakes silicone). Une dose raisonnable selon moi consiste à mettre 2 cuillère à café dans chaque moule, bien tasser et mettre au réfrigérateur pour minimum 4h…normalement il faut 12h mais j’étais pressée ;)
  2. Au début du repas, déplacer les bounty pour les mettre au congélateur : là encore, normalement il faut les laisser 12h de plus, mais je n’avais pas autant de temps donc ils ne sont restés que 3h environ…
  3. Préparer les mini-crêpes avec la pâte saveur des îles.
  4. Au moment de servir, faire fondre le chocolat au micro onde (à sec surtout !). Mettre sur une mini-crêpe une portion de bounty, réchauffer sur la party-crêpe, puis napper avec 2 à 3 cuillère à café de chocolat fondu.

 

 

Attention, cette recette est à bannir si vous espérez faire un régime pour l’été…le lait concentré et la noix de coco sont déjà à eux deux très caloriques, mais avec la crêpe en plus oubliez le bikini !

Mais au niveau des papilles, et pour satisfaire la gourmandise…c’est un vrai bonheur !

Bon appétit ;)

Ce soir, ma très chère amie Laurence fête son anniversaire (je ne dirai pas pour quelle âge…ça ne se fait pas !). Comme je sais qu’elle adore les cheesecake, j’ai décidé de lui en préparer un spécialement décoré pour l’occasion ;)

 

 

 

Ingrédients pour un moule de 28cm, soit 12 à 16 parts (selon l’appétit ;) ) :

  • 300g de biscuits : j’ai utilisé des palets bretons, mais c’est aussi très bon avec des spéculoos !
  • 100g de beurre
  • 300g de Philadelphia (fromage frais à tartiner)
  • 100g de crème fraiche épaisse
  • 500g de fromage blanc
  • 125g de sucre
  • 25g de Maïzena
  • 3 œufs
  • 1 càs d’extrait de vanille liquide

L’idéal pour le cheesecake est d’utiliser une moule à manqué à charnière, pour pouvoir le démouler par la suite ! Il faut tapisser le fond d’un papier sulfurisé, puis refermer la charnière.

 

Recette :

  1. Écraser les biscuits (ou les mixer) pour les réduire en miettes (moi je les écrase avec un verre), et les mélanger au beurre fondu pour obtenir une sorte de pâte. Étaler uniformément cette pâte au fond du moule à manqué, en tassant bien avec le dos d’une cuillère ou le fond d’un verre. Cuire le fond du gâteau pendant 10 minutes à 180°C et laisser tiédir.
  2. Pendant ce temps, préparer l’appareil : dans un grand saladier, mettre le Philaelphia et le battre un peu pour le détendre (un fouet électrique à faible vitesse fait très bien l’affaire !). Ajouter la crème fraiche et remettre un coup de batteur, puis le fromage blanc et encore un coup de batteur. Mélanger ensuite le sucre, la Maïzena tamisée, et la vanille toujours avec le batteur pour obtenir une crème lisse.
  3. Même si ce n’est pas dans les recettes traditionnelles de cheesecake, j’aime bien battre mes blancs en neige pour aérer un peu le tout…donc casser les œufs un par un en séparant les blancs des jaunes : ajouter un jaune dans la crème et battre un peu, puis un 2e et battre encore, et terminer par le 3e. Battre les blancs en neige avec une bonne pincée de sel puis les incorporer délicatement à la crème.
  4. Verser l’appareil sur le biscuit refroidi, puis cuire le cheesecake…et c’est dans le mode de cuisson que réside la perfection du résultat : je remercie donc la vidéo Herve Cuisine pour les précieux conseils ! Mettre le cheeseecake à cuire d’abord 10 minutes à 220°C, puis 1h à 100°C, puis laisser cuire encore 1h dans le four éteint sans ouvrir la porte.
  5. Une fois sorti du four, passer une lame de couteau tout autour de gâteau pour le décoller des bords et éviter qu’il ne se fende en refroidissant. Et enfin, le cheesecake est vraiment une affaire de patience, car il faut lui laisser au moins 1 nuit de repos au réfrigérateur avant de le déguster !

J’ai décoré ce cheesecake d’anniversaire avec un coulis de myrtille filtré, dont j’ai servi le reste à côté pour les gourmands. Visuellement, j’étais très fière du résultat car il ne s’est pas du tout craquelé et sa surface est restée parfaitement lisse, tout en étant un peu doré sur les bords. Personnellement, je l’ai trouvé très bon, et visiblement cet avis était partagé par les autres convives car il n’en restait pas une miette !

Bon appétit ;)

Il nous reste dans le frigidaire quelques bananes qui risque de courir seules dans pas longtemps si je ne les cuisine pas…et c’est avec le boudin noir que j’ai eu envie de les marier pour rechercher des saveurs 100% antillaises. Évidemment il a fallu pimenter un peu le boudin pour compenser le sucre de la banane ! En plus de cette association, ma petite touche d’innovation sur ce coup se trouve dans la forme : de jolis samoussas jaunes renfermant l’alliance boudin/banane…trop bon ;)

 

 

 

Ingrédients pour 6 samoussas :

  • 200g de boudin noir
  • 1 càc de piment de Cayenne + poivre noir
  • 2 bananes bien mûres
  • 1 càc de vanille liquide
  • 2 càs de sucre de canne
  • Pâte à samoussa : 150g de farine, 50g de beurre mou, 1 càc de curcuma, 1 càc de sel fin, 1/2 verre d’eau.

Recette :

  1. Commencer par la farce de boudin : retirer lui la peau, le faire chauffer dans une sauteuse sans huile en l’écrasant avec une fourchette. Poivrer et ajouter le piment tout en remuant puis laisser refroidir.
  2. Passer ensuite aux bananes : faire chauffer un filet d’huile dans une sauteuse y couper les bananes en rondelles. Faire revenir avec la vanille et le sucre puis laisser refroidir.
  3. Pour la pâte à samoussa, rien de plus simple : mélanger la farine et le beurre ainsi que le sel et le curcuma, puis incorporer progressivement l’eau afin d’obtenir une pâte comme pour une tarte. Couper cette boule en 6 boules de pâte de taille similaire et les étaler au rouleau.
  4. Garnir chaque disque de quelques càc de boudin puis quelques rondelles de bananes, refermer le chaussons en soudant bien les bords puis les replier par petits plis en allant d’un coin vers l’autre afin de torsader le bord.
  5. Cuire au four à 200°C pendant environ 20 minutes.

J’ai servi 2 samoussas par personne, avec un peu de riz pilaf pour rester dans les saveurs antillaises. Au final nous avons bien aimé mais ma pâte à samoussa avait trop gout de beurre (j’y avais mis 75g) donc il faudra que je refasse le test avec seulement 50g…ou vous me donnerez vos impressions ;)

Avec ce beau soleil, le marché regorge de légumes d’été, mon cerveau fourmille d’idées pour les accommoder, et nos estomacs réclament des menus légers…d’où l’envie de poisson ! Bon, évidemment, je ne peux renier mes origines britanniques : je reste hantée par l’incontournable « fish and chips » que je n’ai encore jamais tenté ;)

 

Comme il faut un début à tout, j’ai essayé de concilier le « fish » et mes beaux légumes du marché. Tel qu’on le trouve dans notre plat national, le poisson n’est pas vraiment pané mais plutôt enveloppé dans une sorte de pâte à beignet puis frit…mais au lieu de le servir avec les traditionnelles frites, je l’ai accompagné d’une bonne ratatouille de saison et voilà la résultat :

 

 

 

Ingrédients pour 4 personnes :

  • 4 petits ou 2 gros filets de Merlan
  • Pour la pâte à beignet : 1 œuf, 75g de farine, 1/2 cuillère à café de levure chimique, environ 50g de lait + sel, poivre et piment de Cayenne.
  • Pour la ratatouille : 1 oignon, 2 petits bulbes de fenouil, 2 carottes, 1 poivron rouge, 2 petites courgettes, 1 tomate + sel, bouquet garni, 1 gousse d’ail, piment de Cayenne.

Recette :

  1. Pour réaliser la ratatouille, rien de plus simple : laver les légumes, peler les carottes.
    • Ciseler l’oignon
    • Couper chaque fenouil en 4, retirer le cœur puis couper en lanières.
    • Couper les carottes en 1/2 rondelles.
    • Épépiner le poivron puis le couper en lanières.
    • Couper les courgettes en 1/4 de rondelles.
    • Couper la tomate en morceaux après avoir retiré le pédoncule.
    • Dans une sauteuse avec de l’huile d’olive, faire suer l’oignon ciselé puis ajouter successivement le fenouil, les carottes, le poivron, les courgettes et la tomate.
    • Assaisonner avec du sel, le bouquet garni, l’ail écrasé et un peu de piment de Cayenne (selon les goûts !). Ajouter 1 verre d’eau, couvrir et laisser mijoter à feu doux environ 30 minutes.
  2. Pendant ce temps, préparer la pâte à beignet :
    • Battre l’œuf entier en omelette.
    • Saler, poivrer généreusement et ajouter environ 1/2 càc de piment.
    • Mélanger la farine et la levure puis incorporer petit à petit le lait jusqu’à obtenir une pâte bien couvrante et pas trop liquide.
  3. Enfin, prendre les filets de merlan : s’ils sont gros, les couper en 2 pour séparer tête et queue.
    • Retirer les arrêtes et éponger les filets au papier absorbant
    • Les enduire de pâte (sur chaque face, aller et retour).
    • Mettre les filets « panés » dans une poêle avec un fond d’huile bien chaude. Les retourner à mi cuisson puis les égoutter sur un papier absorbant avant de servir.

Personnellement, je ne frit pas le poisson mais je le cuit à la poêle avec un fond d’huile : je trouve ça moins gras que la friteuse même si le goût n’est plus très traditionnel ;)

Pour accompagner le tout, j’ai servi quelques pommes de terre vapeur, et le tour était joué…

Bon appétit ;)

Me voilà avec un morceau de boudin à cuisiner pour le déjeuner : une bonne occasion de jouer avec mes nouveaux emporte-pièce carrés ! Une fois la recette entamée, je cherchais une petite sauce pour aller avec, quelque chose pour décorer mon assiette…et j’ai vu un fond de cidre dans le frigo. Du coup j’en fait travailler mes méninges et j’ai servi mon boudin aux pommes avec une réduction de cidre :

 

 

 

Ingrédients pour 2 personnes :

  • 200g de boudin noir
  • 1 échalote ciselée
  • 3 pommes
  • Cannelle
  • Poivre noir
  • Piment de Cayenne
  • environ 10 cl de cidre brut
  • 1 cuillère à soupe de sucre de canne
  • 1/2 cuillère à café de Maïzena

Recette :

  1. Peler les pommes (garder éventuellement quelques pluches de pomme pour la déco), retirer le trognon et les couper en petits morceaux. Faire cuire les morceaux de pomme dans une sauteuse avec de l’huile d’olive ; saupoudrer de cannelle et de poivre noir et laisser cuire à couvert.
  2. Dans une petite poêle, faire revenir l’échalote. Y ajouter la chair du boudin (après avoir retiré la peau), l’écraser à la fourchette et assaisonner de piment de Cayenne (environ 1/2 càc).
  3. Pour la sauce : mettre le cidre dans une casserole avec le sucre. Porter à ébullition et faire réduire de moitié. Prendre un peu du liquide pour délayer la Maïzena et l’ajouter à la réduction pour faire épaissir la préparation.

Servir bien chaud, en dressant éventuellement dans un emporte pièce pour alterner les couches pommes-boudin-pommes. Disposer une pluche de pomme sur le dessus et arroser de réduction de cidre.

J’ai trouvé que le cidre rehaussait bien le gout des pommes, tout en apportant un côté acidulé au plat…à vous de voir !

Bon appétit ;)

Nous voilà avec dans le frigo une banane plus que mûre…et si je ne m’en occupe pas très vite, bientôt elle se déplacera seule vers la poubelle ! Heureusement, cuisiner la banane en dessert n’est pas compliqué et le résultat est souvent bien meilleur avec des fruits un peu flétris ;)

 

Cependant, ce soir, je n’ai pas vraiment envie de faire (et surtout de manger) du gâteau. J’ai donc réfléchi à une manière d’accommoder ma banane autrement…et me voilà avec une inspiration de pancake. Agrémentée d’un peu de chocolat, cette pâte permet de faire un très bon dessert mais pourrait tout aussi bien constituer un super petit déjeuner !

 

 

 

Ingrédients pour environ 15 pancakes :

  • 50g de chocolat noir 70%
  • 1 banane bien mûre
  • 40g de sucre
  • 2 œufs
  • 50g de beurre fondu
  • 30g de farine
  • 20g de Maïzena
  • 1 cuillères à café de levure chimique
  • 4 cuillères à soupe de rhum-coco

Recette :

  1. Faire fondre le chocolat, y écraser finement la banane puis ajouter le sucre.
  2. Séparer les blancs des jaunes. Incorporer les jaunes à la préparation de chocolat et ajouter tout en mélangeant la farine, la Maïzena tamisée, la levure tamisée, le beurre fondu et le rhum-coco.
  3. Battre les blancs en neige avec une pincée de sel, puis les incorporer délicatement à la pâte.
  4. Faire cuire les pancakes dans une poêle huilée moyennement chaude : la pâte ne doit pas « crépiter » au contact de l’huile, mais ne doit pas non plus s’étaler trop. Utiliser une petite louche pour doser la pâte, retourner les pancakes lorsque des bulles apparaissent régulièrement à la surface et laisser cuire autant de l’autre côté.

Déguster chaud, tiède ou froid…c’est délicieux ;)

 

J’ai découvert à cette occasion comment obtenir des pancakes avec une belle coloration uniforme des deux côtés, comme dans les livres : il suffit de na pas chercher à saisir la pâte dans une poêle trop chaude (comme pour les crêpes), mais plutôt de faire cuire la pâte gentiment à feu moyen…ainsi, lorsqu’on retourne les pancakes, la 2e face est encore suffisamment liquide pour bien s’étaler dans la poêle et colorer uniformément ! On voit bien sur la photo que le résultat s’améliore vers le haut de la pile donc, surtout, ne jamais désespérer ;)

A vous de tester… et de m’en dire des nouvelles !

Bon appétit ;)

Un petit repas estival fera peut-être venir le soleil… Même si nous commençons à désespérer de voir un jour l’été arriver, et bien que nous sommes loin de craindre la canicule, nous avons envie de manger léger. Un belle salade pour le déjeuner…avec de beaux petits fromages de chèvre…il ne manque plus que les cigales !

Évidemment, je n’ai pas pu m’empêcher d’innover et de tester une idée : cette fois j’ai joué sur la vinaigrette. Au lieu de rester sur notre habituel mélange balsamique-huile de noix, j’ai essayer de marier l’huile d’olive, le miel et le gingembre et voici le résultat :

 

 

 

Ingrédients pour 2 personnes :

  • Pour les chèvres chauds : 2 crottins de chèvre, des herbes de Provence et de l’huile d’olive.
  • Pour la vinaigrette : 1 cuillère à soupe de miel, 2 cuillère à soupe de jus de citron, 2 cuillère à soupe d’huile d’olive et 1 cuillère à café de gingembre moulu.

Recette :

  1. Couper les fromages en 2 dans l’épaisseur et disposer chaque moitié, croute vers le bas, sur un carré de papier aluminium en relevant un peu les bords (pour contenir ce qui pourrait couler !).
  2. Quadriller profondément au couteau la surface du chèvre et y déposer quelques gouttes (environ 10) d’huile d’olive afin qu’elle pénètre dans le fromage.
  3. Saupoudrer d’herbe de Provence et cuire sous le grill pendant environ 15 minutes pour bien les dorer.
  4. Dans un bol, battre les ingrédients pour la vinaigrette afin d’obtenir une émulsion un peu épaisse et servir en accompagnement.

J’ai choisi d’agrémenter mes petits chèvres chauds d’une belle salade, d’une tomate en rondelle, d’un peu de maïs et de quelques pommes de terres vapeur.

La vinaigrette apporte une touche acidulée et un peu sucrée que j’ai trouvé très agréable…à vous de voir !

Bon appétit ;)

Ce midi (enfin, avec le décalage horaire du travail de nuit, il est plutôt 16h !), je suis pleine d’inspiration pour cuisiner. Un petit tour d’horizon dans mes placards et me voilà fixée sur la recette : je vais tester le poulet pané à la noix de coco et curry.

 

Bon, comme souvent, je n’ai pas tous les ingrédients habituellement nécessaires pour paner du poulet…il me manque des œufs… Il m’a donc fallu réfléchir à une alternative pour faire adhérer ma panure à la viande, et j’ai donc réalisé une sorte de pâte pour envelopper mes blancs de poulet : eh bien ça a très bien fonctionné ;)

 

 

 

Ingrédients pour 2 personnes :

  • 200g de blanc de poulet, coupés en morceaux
  • 25g de noix de coco rappée
  • Curry moulu
  • Piment de Cayenne moulu
  • 2 + 2 cuillères à café de crème fraiche épaisse
  • 1 càc de Maïzena
  • 5-6 càc d’eau
  • Sel
  • Pour la garniture : 1 courgette, 1 échalote et 125g de riz

Recette :

  1. Commencer par préparer la pâte pour paner le poulet : dans un bol large ou une grande assiette creuse, mélanger la noix de coco rappée, 5g de curry, 1/2 càc de piment, une grosse pincée de sel, la Maïzena et 2 càc de crème fraiche. Pour rendre le tout un peu moins pâteux, ajouter petit à petit quelques càc d’eau.
  2. Prendre les morceaux de poulet, les rouler dans la pâte de coco pour les enduire complètement et les laisser dans le récipient à mariner un peu.
  3. Pendant ce temps, mettre à cuire la garniture : faire cuire le riz. Couper la courgette en petits dés et ciseler l’échalote et faire revenir le tout dans une sauteuse et un filet d’huile d’olive. Saupoudrer les légumes de curry et d’un peu de piment, saler, mélanger et laisser cuire à feu doux.
  4. Profiter du temps de cuisson (assez court) de la courgette pour faire cuire les nuggets : faire chauffer de l’huile d’olive dans une poêle. Faire revenir à feu vif les morceaux de poulet panés en les retournant à mi-cuisson.
  5. Terminer par la préparation de la sauce : ajouter dans les dés de courgette le reste de pâte de coco (tout ce qui n’a pas adhéré à la viande) et 2 càc de crème fraiche. Mélanger, ajouter le riz cuit et laisser chauffer quelques instants avant de servir.

Cette expérience nous a permis d’avoir un repas simple et rapide, sans pour autant négliger le goût. Voilà qui pourra inspirer les menus pour enfants, et déculpabiliser ceux qui aiment les nuggets de poulet. En tout cas, les miens étaient bien meilleurs que les tout-fait du commerce…incomparables !

Bon appétit ;)